Avec 100 000 postes ouverts par an et un taux de féminisation très faible, le secteur de l’industrie, en pleine expansion, pâtit d’une méconnaissance de ses métiers et de clichés, souvent sexistes. Ainsi, seules 9% des collégiennes et lycéennes ont une bonne connaissance des métiers exercés dans l’industrie.
Animées par leur volonté de faire bouger les lignes et leur ambition de sortir de leur zone de confort les jeunes femmes du projet Industri’elles ont alors conduit pendant 7 mois une étude analytique et empirique pour faire connaître le secteur industriel et ses métiers mais aussi casser les stéréotypes qui y sont rattachés.

Visites de sites, micro-trottoirs, entretiens, découverte du secteur industriel, séances de travail de groupes…. Les jeunes filles ont appris les bases de la conduite de projet, avec l’accompagnement du programme L dans la Ville et le concours de leurs trois partenaires Arkema, Technicis et Vicat. L’enjeu est clair : enquêter sur la féminisation de l’industrie et les freins à l'attractivité des métiers du secteur. Elles ont également proposé des pistes d’amélioration concrètes pour faire découvrir l’industrie aux jeunes de Sport dans la Ville et plus particulièrement aux filles.

Elles auront la chance de présenter leurs recommandations lors des Trophées des Femmes de l’Industrie, organisés par l’Usine Nouvelle le 22 septembre prochain, à Paris.

Parmi leurs pistes d’amélioration : Organiser des visites attractives et dynamiques pour les jeunes de sport dans la ville, monter une campagne de communication ludique ciblée, expérimenter le quotidien d’un salarié industriel ou encore sensibiliser les collaborateurs des entreprises partenaires à l’égalité entre les hommes et les femmes; autant de défis désormais à relever pour favoriser l’attractivité des métiers de l’industrie.